“KANDINSKY. Formes noires sur blanc – (exposition) – Musée Zervos – (Vézelay, 89)

Photo ci-dessus : Kandinsky Vassily, Formes noires sur blanc, 1934. Huile sur toile, 70,2 x 70,4 cm. Legs Zervos à la municipalité de Vézelay, 1970.
© Musée Zervos, Vézelay / Adam Rzepka / CDY 2022

“KANDINSKY. Formes noires sur blanc” – l’exposition estivale du Musée Zervos à Vézelay du 27 juin au 30 octobre 2022Musée Zervos, 14 rue Saint-Etienne, 89450 Vézelay / contact: 03 86 32 39 26 / musee-zervos@yonne.fr – site du Conseil Général de l’Yonne

Horaires d’ouverture : tous les jours du 1er juillet au 31 août de 10:00 à 18:00 (dernières entrée à 17:20) – Plein tarif : 5 € / TR : 3€ – 16 mars au 14 novembre 2022 : ouvert tous les jours sauf le mardi.

L’exposition estivale du Musée Zervos s’articule autour de l’œuvre majeure de Kandinsky conservée à Vézelay. L’occasion de découvrir une cinquantaine de pièces empruntées notamment au Musée national d’art moderne / Centre Pompidou.

Du 27 juin au 30 octobre, le Musée Zervos à Vézelay(1) présente une exposition autour d’une œuvre identitaire de sa collection. En 1934, à la clôture de son exposition à la Galerie des Cahiers d’art à Paris, Kandinsky offre à Yvonne Zervos une de ses premières toiles peintes dans la capitale, Formes noires sur blanc. Ce monochrome « noir » exceptionnel — une œuvre « biomorphique » du nom du courant artistique présent dans l’entre-deux-guerres — donne à l’exposition son fil rouge : l’alternance du noir et du blanc. L’objectif est de retracer les relations entre Christian Zervos et Vassily Kandinsky de la date de leur rencontre, en 1928, jusqu’au décès de l’artiste en 1944.

DE BERLIN À PARIS
Avec l’arrivée d’Hitler à la Chancellerie de Berlin, tout bascule. Kandinsky est contraint à l’exil et choisit de s’installer à Neuilly-sur-Seine en décembre 1933. En 1934, les Zervos exposent des œuvres anciennes à la Galerie des Cahiers d’Art, puis des toiles récentes en 1935. Dans le parcours des salles permanentes du Musée Zervos, l’exposition permet au visiteur de découvrir l’œuvre de l’artiste selon la progression chronologique de la revue Cahiers d’Art. La présence d’œuvres primordiales des collections données ou léguées par Nina Kandinsky au Musée national d’art moderne / Centre Pompidou de Paris permet de fêter l’esthétique de Kandinsky. Les dessins et les photos mettent en évidence l’usage du noir si caractéristique de l’artiste.

L’OEUVRE DE L’AMITIÉ
Dans les espaces de la Maison du jardinier sont soulignés les rapports d’amitié entretenus par Kandinsky. En premier lieu avec Paul Klee. La première salle est consacrée à la parution de deux monographies exceptionnelles aux éditions Cahiers d’art consacrées en 1929 à Paul Klee et en 1931 à Kandinsky. L’exposition s’achève sur les rapports entretenus par Kandinsky avec Miró, Arp, Domela ou Magnelli.

« Cette exposition est rendue possible grâce aux prêts exceptionnels du Musée national d’art moderne / Centre Pompidou, de la Bibliothèque Kandinsky / Centre Pompidou, du Musée de Grenoble et de collectionneurs privés, souligne Caroline Fournillon-Courant, directrice du Musée Zervos. Plus de 50 pièces sont empruntées : peintures, dessins, gravures, photographies et archives. Parmi celles-ci, nous avons la chance d’accueillir le très grand format Composition IX (1936) ainsi que les peintures Trente (1937), et Complexité simple (1939). » L’exposition sera accompagnée d’un catalogue publié aux éditions Cahiers d’Art.

KANDINSKY, PIONNIER DE L’ART ABSTRAIT
Vassily Kandinsky (1866 – 1944) est né à Moscou. C’est un enfant extrêmement sensible, en particulier à la couleur. La découverte d’un tableau impressionniste de Claude Monet détermine sa vocation d’artiste. À 30 ans, il s’installe en Allemagne, où il développe une peinture postimpressionniste à forte composante colorée. En 1909 son œuvre prend une tournure moins figurative, faisant apparaître des formes et des masses de couleurs. Sa première aquarelle abstraite daterait de 1910. Pour lui, l’art exprime « une nécessité intérieure ». En 1914 Kandinsky quitte l’Allemagne et s’installe en Suisse, puis à Moscou. En 1921, il revient en Allemagne et devient professeur au Bauhaus, jusqu’à la fermeture de l’école d’avant-garde persécutée par les nazis, en 1933. Il s’installe à Paris. Ses recherches sur la couleur ne sont guère dans l’air du temps : dans les avant-gardes, la mode est à la quête formelle. Kandinsky obtient la nationalité française en 1939.”

Archives

Catégories

  • Aucune catégorie