“J’avancerai vers toi avec les yeux d’un sourd” un film de Laetitia Carton (réal. ) – (Projection, docu, débat, Langue des signes) – Par les Allumeurs des Toiles – Au Cinéma Casino – (Clamecy, 58)

“J’avancerai vers toi avec les yeux d’un sourd” de Laetitia Carton, projection organisée par les Allumeurs des Toiles, au Cinéma le Casino de Clamecy, suivi d’un échange en présence de Levent Beskardes acteur sourd et d’Estelle Aubriot interprète en langue des signes

  • SAMEDI 9 SEPTEMBRE à 20:30

Synopsis : “Ce film est adressé à mon ami Vincent, mort il y a dix ans. Vincent était Sourd. Il m’avait initiée à la langue des signes. Je lui donne aujourd’hui des nouvelles de son pays, ce monde inconnu et fascinant, celui d’un peuple qui lutte pour défendre sa culture et son identité.”

Réalisation : Laetitia Carton, sortie 2016, durée 1:45mn – film docu.

“Cette projection donnera au public la possibilité de découvrir tout un monde. Le monde  des sourds échappe à beaucoup d’entre nous. Les sourds sont nombreux, plus de 6% de la population. Les institutions, la société en général et la plupart des entendants considèrent la surdité comme un handicap. Et si c’était simplement une différence ? Elles et ils vivent parmi nous mais nous ne connaissons pas leur parcours et leur vie. Nous ne savons pas, bien souvent, qu’il s’agit d’une culture à part entière.

Le film de Laetitia Carton permet de découvrir à travers le vécu des personnages de son film la complexité d’une communauté. Dans quelle mesure les sourds constituent-ils une communauté linguistique et culturelle ? La langue des signes est-elle une langue à part entière ? Quelle éducation l’institution scolaire propose-t-elle aux jeunes sourds ?

Une projection sera d’autant plus intéressante que le public pourra échanger avec Levent Beskardes qui a un parcours riche en rebondissement. Passionné par le cinéma, il rêve de devenir acteur un jour. En 1972, il apprend le dessin d’animation et ensuite devient décorateur. Il étudie ensuite  le mime. En 1980, il rejoint une troupe de comédiens amateurs sourds muets. Il devient alors metteur en scène, décorateur et costumier à Istanbul et obtient en 1981 le prix spécial du jury du théâtre Avni Dilligil pour sa mimodrame Le Son du silence. Fin 1981, il s’installe en France.

“Les Allumeurs des Toiles” remercie tout particulièrement l’actrice Estelle Aubriot, qui habite Asquins près de Vézelay de les voir mis en contact avec Levent Beskardes. Estelle Aubriot est elle-même actrice, elle a pour particularité d’avoir appris la langue des signes. Certaines des ses interprétations sont en langue des signes.”

 

Archives

Catégories

  • Aucune catégorie